leaf   Article paru dans le journal La Presse, le 19 juin 2011:

Un été à maringouins

Pierre Gingras
La Presse



De l’ail pour éloigner les maringouins à Saint-Amable

Chaque jour ou presque, Kai Schierholz promène ses chiens au parc Le Rocher, à Saint-Amable, sur la Rive-Sud. À partir de la mi-mai, il devait affronter des hordes de maringouins voraces. Mais ce n’est plus le cas.

Il y a deux semaines, la municipalité a procédé à l’épandage d’un produit à base d’ail pour éloigner les moustiques. «J’étais sceptique, mais il faut se rendre à l’évidence, il y a beaucoup moins de maringouins, presque plus en réalité», dit le promeneur, rencontré lors d’une visite dans le parc. «L’an dernier, après le premier épandage, j’ai cru que c’était seulement une impression. Mais non, ça marche vraiment. Cette année, c’est encore plus évident. Avant la vaporisation, c’était terrible; après, les moustiques ont disparu. L’odeur d’ail ne dure pas très longtemps, mais elle réapparaît quand il pleut.»

Chimiste de profession, le scientifique allemand habite à Saint-Amable depuis trois ans. Il est d’autant plus satisfait du traitement qu’il est à base de produits naturels, selon les recherches qu’il a lui-même faites sur le sujet. «Dans ma propre cour, il y a beaucoup plus de moustiques que dans le parc. Et si je marche à la limite de la zone traitée, c’est épouvantable.»

Le vaste parc Le Rocher compte sept terrains de soccer, deux terrains de balle, un stationnement et d’immenses aires gazonnées. De plus, il est entouré en bonne partie d’étangs à quenouilles, une gigantesque pouponnière à moustiques.

Incommodés par les insectes durant leurs activités sportives, des citoyens se sont plaints à la Ville, il y a un an.
«J’avais entendu parler de la firme Contrôle moustiques, de Verchères, et de son produit à l’ail. J’étais très sceptique, dit Théo Ouellette, responsable des travaux publics à Saint-Amable. Mais comme les plaintes étaient nombreuses, le produit considéré comme sans danger, le traitement relativement peu coûteux (2400$ pour trois épandages durant l’été), nous avons décidé de tenter l’expérience la saison dernière.»

Selon lui, les résultats sont surprenants. «L’entrepreneur semblait lui-même étonné, ajoute M. Ouellette. Devant la satisfaction des citoyens, nous avons donc renouvelé les traitements ce printemps.»

Propriétaire de la firme Contrôle Moustiques, Ghislain Tremblay indique que son produit est composé à 98,9% de jus à base d’ail. D’après lui, l’odeur agirait comme répulsif. Il soutient même que la solution tue le maringouin.

Camionneur, M. Tremblay a découvert le fameux chasse-moustiques alors qu’il voyageait aux États-Unis. Constatant que plusieurs terrains de golf utilisaient ce genre de produit, il a décidé de lancer sa propre entreprise l’an dernier. Fabriqué aux États-Unis, le produit est en vente libre au Canada. Ghislain Tremblay affirme qu’il a modifié la formule pour la rendre plus efficace. Selon lui, une application par mois est suffisante.

Jugé satisfaisant par la municipalité de Saint-Amable, le traitement suscite autant d’intérêt que de scepticisme chez les experts en entomologie interrogés. Il existe une foule de produits antimoustiques sur le marché, font-ils valoir, mais leur efficacité reste souvent à démontrer de façon scientifique. Récemment retraité, le microbiologiste Jacques Boisvert, qui a travaillé durant des années sur les insectes piqueurs à l’Université du Québec à Trois-Rivières, estime que l’ail n’a probablement pas encore livré tous ses secrets et que certains composés, peut-être même inodores, pourraient être des répulsifs intéressants. Mais encore faut-il le démontrer rigoureusement, dit-il.

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici.

leaf   Article paru dans le journal L’Information (Ste-Julie, Varennes, Saint-Amable), le 16 juin 2011: L’ail encore au menu des maringouins de Saint-Amable

L’ail encore au menu des maringouins de Saint-Amable

Mathilde Roy
L’information, le 16 juin 2011

La municipalité de Saint-Amable a décidé de reconduire son projet d’épandage d’un produit biologique à base de jus d’ail, dans le but de limiter le nombre de moustiques présents au parc Le Rocher.

Au cours de l’été dernier, la compagnie Contrôle Moustiques avait été mandatée pour réaliser de deux à trois épandages de son produit afin de limiter les piqûres de ceux qui fréquentent l’endroit pour leurs activités sportives et pour la fête nationale. “Les résultats ont été très bons…” soutient la directrice générale par intérim de Saint-Amable, Carmen McDuff “…les citoyens ont trouvé le produit efficace contre les piqûres de moustiques”.

La ville de Saint-Amable prévoit commander encore le même nombre d’épandage à l’Amablien Ghislain Tremblay propriétaire de Contrôle Moustiques. Le premier devait justement avoir lieu récemment, selon la température. Selon Mme McDuff, il ne faut pas qu’il pleuve pendant trois jours consécutifs pour appliquer le produit, afin qu’il agisse pleinement.

    Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici.

leafArticle paru dans le journal La Seigneurie, le 2 juin 2011:

De l’ail pour repousser les moustiques

Martine Veillette
La Seigneurie – 2 juin 2011

C’est bien ancré dans les mythes et légendes: l’ail repousse les vampires. Mais il permet également d’éloigner les moustiques, tout en empêchant leurs œufs d’éclore. L’entreprise Contrôle moustiques, située à Verchères, utilise un produit fait à base de jus d’ail, qu’elle vaporise sur les terrains, les étendues d’eau et les arbres afin d’éloigner les maringouins.
«Les moustiques ont un odorat beaucoup plus développé que le nôtre. Lorsque l’on étend le produit, ça sent l’ail une vingtaine de minutes, mais les moustiques sentent l’odeur plus longtemps et ne l’apprécient pas», explique Nathalie Dulude, propriétaire de la compagnie avec son conjoint, Ghislain
 Tremblay.

Le produit, importé des États-Unis, est biologique et ne contient aucun produit chimique. En plus des moustiques, il permet de tuer et d’éloigner les mouches noires, les tiques et les puces. Selon Mme Dulude, lorsqu’un terrain est arrosé avec le produit, il n’est pas nécessaire d’utiliser un chasse-moustiques corporel. L’effet dure quatre semaines, si la pluie n’est pas trop abondante. Ensuite, un autre traitement est nécessaire. À leur connaissance, ils sont les seuls au Québec à l’utiliser.

Contrôle moustiques arrose principalement les parcs et grands espaces. Lorsqu’il pulvérise le produit, tout est recouvert. La substance se dépose sur les feuilles des arbres, sur l’eau et sur le gazon et tue les œufs présents.

«On privilégie les grandes surfaces pour plus d’efficacité. On arrose aussi les arbres qui représentent une barrière pour les moustiques qui volent haut. Les terrains privés peuvent être arrosés, mais si le voisin ne fait pas traiter son terrain, il est possible d’avoir des moustiques sur celui qui est traité», mentionne Mme Dulude.

Cette année, l’entreprise testera le produit sur des chevaux. «Dans les champs, les moustiques se collent aux chevaux. Avec le produit, ils devraient être plus tranquilles. On l’a testé sur notre peau et nous n’avons pas eu de réaction. On a aussi aspergé les os de nos chiens qui ne les ont pas repoussés et qui n’ont pas été malades. Le produit n’est pas dommageable», affirme-t-elle.

Il n’y a que les terrains de golf qui ont encore le droit d’utiliser des produits chimiques pour éloigner les insectes indésirables, selon Mme Dulude.

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici.